Archives de catégorie : Economie locale

Morbihan. Cafés et hôtels, « une saison assez bonne »

Une météo sympa (sauf en août), une promotion publicitaire faite par le conseil départemental « qui porte ses fruits », l’image d’une Bretagne pas surpeuplée, aux espaces remarquables, mariant la mer et l’intérieur, etc., « le Morbihan a le vent en poupe », résume Bruno Kerdal.

Quelques chiffres donnés par l’Umih : 5 millions de touristes par an (Français, Allemands, Belges, Espagnols, Italiens, moins d’Anglais), 5e département touristique de France, 3,3 millions d’euros de taxes de séjour dans l’escarcelle des collectivités, 13 000 emplois à l’année (21 000 en pleine saison), 1,5 milliard de retombées économiques.

La suite sur https://www.ouest-france.fr/bretagne/morbihan/morbihan-cafes-et-hotels-une-saison-assez-bonne-6554034

Share

Maryse Leroux, le taxi sourire îledarais

Accueil Info Info Vannes Maryse Leroux, conductrice du seul taxi de l’île d’Arz

Dimanche 21 juillet 2019 10:00 – VannesMaryse Leroux, conductrice du seul taxi de l’île d’Arz
photo au volant de son van, maryse sillonne l’île pour relier l’embarcadère et le bourg de l’île d’arz. © ouest-france

Maryse Leroux est la conductrice de l’unique taxi de l’île d’Arz depuis maintenant 25 ans. Habitants chargés ou visiteurs fatigués, les clients sont toujours plus nombreux à monter dans son van en été.

« Mesdames, messieurs, il va falloir vous accrocher ! » Au volant de son van, Maryse Leroux sillonne les sentiers de l’île d’Arz depuis plus de 25 ans pour relier l’embarcadère et le bourg. Une distance de seulement 3 kilomètres, mais qui peut s’avérer « compliquée quand on est en retard pour prendre le bateau, quand on est chargé ou quand il pleut ! », énumère Maryse, lunettes de soleil blanches vissées sur le nez.

Locaux, touristes et même animaux de compagnie… Tout le monde est le bienvenu dans son taxi qui peut accueillir jusqu’à 23 personnes. Et autant de bagages dans la remorque attelée. Seule condition, avoir 2,50 € dans sa poche ; un tarif augmenté il y a peu. Car si les touristes sont près de 5 000 par jour l’été, il ne reste que 250 habitants sur l’île en hiver. Et même si le taxi de Maryse est le seul transport en commun de l’île, « il faut compenser », explique la conductrice à la chemise jaune.

Pratique avec des enfants

Les horaires des bateaux qui relient l’île d’Arz à Séné ou Vannes, la conductrice les connaît par cœur. De 8 h à 20 h 30, elle travaille avec un collègue pour faire rouler les deux minibus de la compagnie de son mari, les Transports Ildarais Leroux. Un métier qu’elle apprécie pourtant beaucoup : « Il y a pire comme cadre de vie », ironise la conductrice. Par moments, Maryse enfile même sa casquette de guide touristique. Indiquer où se trouve le supermarché de l’île ou montrer la plage la plus proche, la conductrice a réponse à toutes les questions des curieux venus découvrir l’île. « Un vrai avantage » selon des touristes néerlandais qui expliquent : « On est allé au bourg à vélo mais notre fille était trop fatiguée au moment de rentrer alors on a pris la navette au retour, et on a eu plein d’infos sur l’île en prime ! ».

Les locaux aussi ne tarissent pas d’éloge sur leur taxi : « Elle est toujours là quand on a besoin, décrit Marc un habitant de l’île, aussitôt rejoint un autre passager qui décrit Maryse comme une femme « drôle, qui met l’ambiance » . D’autres, comme Marie Yvonne préfèrent souligner sa gentillesse.  « Elle est arrangeante, elle peut même faire des détours pour nous déposer devant chez nous l’hiver » , décrit cette habitante de l’île. La conductrice, qui a entendu, se contente de répondre modestement, « quand on peut rendre service, on le fait… »

Share