Le Petit futé sort sa version Morbihan 2016-2017

Le Petit futé sort sa version Morbihan 2016-2017

Créé par deux étudiants à Nancy, le concept « Petit futé » a, depuis, fait du chemin. Sa version « Morbihan » 2016-2017 vient de sortir.

 

Il n’a pas pris une ride, voire même rajeuni à l’orée de ses 40 ans. Fort de 700 éditions dans le monde entier, le Petit futé a fait son trou. Et su prendre le virage du numérique pour offrir aux voyageurs « branchés » ses bons plans et autres adresses incontournables qui font sa renommée.

Les bons plans

De Barcelone à la Corée du Nord (ce sera le prochain), le Petit futé ne pouvait éviter le Morbihan, qu’une équipe locale drivée par Isabelle Ledoux ratisse de long en large depuis quelques années déjà. « Il faut compter sept mois pour le réaliser ».

Outre les immanquables et les villes par ordre alphabétique, les rendez-vous et les bonnes tables apportent à chaque fois leur lot d’excellentes surprises. Tout n’est pas répertorié, mais ce qui l’est a forcément du bon. « L’idée, c’est de faciliter la vie de nos lecteurs », insiste la responsable d’édition.

Le numérique sur mesure

Cerise sur le gâteau, ce guide est également offert en version numérique pour l’achat d’un exemplaire papier, ou vendu seul pour ordinateur, tablette ou smartphone. « Sur le site, chaque mois, ce sont 2.5 millions de visiteurs pour 12millions de pages vues sur l’ensemble de nos destinations, se réjouit Michel Granseigne, directeur commercial du guide. Et 280 000 exemplaires téléchargés en 2015. »

Innovation majeure cette année, la plateforme dédiée « mypetitfute.com » permet à l’internaute de créer sur mesure son voyage. « On peut par exemple vouloir aller de Paris à Barcelone avec plusieurs étapes et se réaliser un guide personnalisé en cinq minutes. » En version numérique bien sûr, mais aussi en guide unique papier pour une vingtaine d’euros. Une vraie révolution.

Pratique

Le Petit futé Morbihan, 312 pages, 9,95 €, disponible dans toutes les bonnes librairies ; également téléchargeable sur www.petitfute.com

 

source La gazette Morbihan

Share

Le Morbihan doit mieux se vendre

 

Morbihan

Une campagne publicitaire offensive

Dès le mois d’avril, le Morbihan a fait feu de tout bois auprès des Franciliens (40 % de la clientèle aujourd’hui) en réaffirmant ses grandes destinations dans le métro durant une semaine mais aussi sur 35 000 sets de tables diffusés dans les crêperies et brasseries des quartiers Montparnasse et Odéon. Le tout accompagné d’une présence renforcée sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram… « Une stratégie payante car nous gagnons + 15 points en notoriété » (parmi plusieurs départements proposés aux sondés, le Morbihan est plus souvent cité) se félicite Patrick Levy, directeur du comité départemental du tourisme. Mais persiste le frein de la météo sur des périodes de vacances de plus en plus courtes.

5e département français

Le tourisme en Morbihan représente un milliard d’euros de consommation ; 555 000 lits touristiques ; 13 000 emplois.

Ces chiffres placent le département à la cinquième place au niveau français. « Les départements du littoral ont gagné en notoriété et le Morbihan plus que ses voisins » a indiqué Janick Chabert-Bechet, directrice tourisme à Ipsos France, hier, lors de l’assemblée générale du comité départemental du Morbihan. Continuer la lecture de Le Morbihan doit mieux se vendre

Share

Culture, Loisirs, Artisanat, Commerce & Services, Hébergement, Marina