Joseph Mahé, collecteur de mégalithes et de musique bretonne

la-memoire-retrouvee-du-chanoine-mahe-erudit-du-xviiie-siecle

Joseph Mahé

Île-d’Arz, Vannes,

est un ecclésiastique érudit qui s’est intéressé au patrimoine mégalithique et musical breton. Il est aujourd’hui considéré comme le premier collecteur de la musique bretonne de tradition populaire, et c’est en partie grâce à lui que nous est resté ce patrimoine musical.

Wikipedia

Colloque de juin 2012

Abbé réfractaire et chanoine janséniste, Joseph Mahé fut bibliothécaire de la Ville de Vannes, professeur suppléant au Collège royal de Vannes, antiquaire folkloriste, auteur de l’Essai sur les Antiquités du Morbihan, fondateur et premier président de la Société polymathique du Morbihan, archéologue et historien. Il est aujourd’hui considéré comme le premier collecteur de la musique bretonne de tradition populaire, et c’est en partie grâce à lui que nous est resté ce patrimoine musical.

Ce colloque se propose de revenir sur les importantes contributions du chanoine à la connaissance des “antiquités” du Morbihan, tout en rendant hommage au natif de l’île d’Arz qui fut le fondateur et premier président de la Société polymathique du Morbihan.

Ar Gedour Mag

Mahé 2

Revue de presse

Ouest France 30 septembre 2013

Le Télégramme 7 juin 2012

Mahé 3

Share

Bar : l’Unan prend position

Bass_European sea bass-dicentrarchus_labrax_sw

Bar : le règlement instaurant le moratoire est paru

Voilà qui va mettre fin à la « zone grise » sur le moratoire de la pêche du bar (stock nord), et ses différences d’interprétation : le règlement fixant les nouvelles règles est paru au Journal officiel de l’Union européenne, ce jeudi 28 janvier.

Établissant les possibilités de pêche pour 2016 (Tac et quotas) négociées en conseil des ministres mi-décembre, ce règlement détaille dans son article 10 les mesures relatives à la pêche du bar.

Le moratoire s’applique ainsi du 1er janvier au 30 juin pour tous métiers, sauf ceux utilisant hameçons, palangres et filets maillants fixes ne devant arrêter sa pêche qu’en février et mars.

Hors de ces périodes ces derniers sont soumis à une limite de 1,3 tonne par mois contre une tonne pour les autres métiers.

Une dérogation a été introduite : durant le moratoire, les chalutiers de fond et senneurs peuvent détenir du bar jusqu’à 1 % de leurs captures à bord pour tenir compte de leurs captures accessoires.

La pêche récréative peut s’adonner au pêcher-relâcher de bar durant le moratoire, puis est limitée à un bar par jour par pêcheur.

Cette parution intervient alors que cette nuit même, la poursuite des débarquements et ventes de bar par des chalutiers a suscité la colère des petits métiers.

Les chalutiers estimaient être dans leur droit tant que l’arrêté n’était pas paru, et les petits métiers s’en remettaient à l’interprétation donnée par le ministère, à savoir que le moratoire était applicable.

La situation est claire désormais.

Source Le Marin

N.B. L’UNAN ne se satisfait pas du traitement fait à la pêche plaisance et poursuivra son action

LOGO-UNAN-WEB

Unan

Face à une ressource qu’elle estime en baisse, l’Unan  du Morbihan se dit favorable à la mise en place de mesures restrictives pour la pêche au bar. En premier lieu, les pêcheurs plaisanciers souhaitent l’interdiction de la pêche pendant la période de reproduction.

Le Télégramme 17 avril 2016

Pour prolonger votre lecture

Loup

Bar : une ressource menacée

Share

Culture, Loisirs, Artisanat, Commerce & Services, Hébergement, Marina