Archives de catégorie : Centène

Le diocèse de Vannes lent à contribuer à l’indemnisation des victimes d’abus sexuels

Le diocèse de Vannes, qui couvre tout le territoire du Morbihan, va à son rythme. Il n’a en effet toujours pas décidé du montant qu’il réserve au fonds Selam (fonds de secours et de lutte contre les abus sur mineurs), dont la mission a été clarifiée depuis la publication du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l’Église. Sur ce sujet sensible, la communication dit beaucoup.

La Conférence des évêques de France avait annoncé sa volonté de réunir au moins 20 millions d’euros, au début de l’année 2022. Le diocèse de Rennes en a promis 500 000 dès le mois de décembre. Tout comme celui de Nantes. Les autres ont suivi et précisé les sommes : 150 000 € dans le Finistère et 200 000 € pour celui de Saint-Brieuc. Reste donc le Morbihan.

« Fonds disponibles »

Interrogé sur ses intentions, le diocèse continue de s’entourer de mille précautions : « Après s’être assuré de la compatibilité de cette disposition avec la gestion légale d’un patrimoine associatif, le diocèse de Vannes contribuera à la hauteur de ce que lui demande la Conférence des Évêques de France », confirmait-il la semaine dernière dans un communiqué. Au-delà de cette réserve technique étonnante – qui porte la signature de Raymond Centène, évêque de Vannes et… Docteur en droit – la participation vannetaise devrait approcher les 200 000 €. Dans la logique du 1 % par diocèse (il y en a cent en France). Pas moins. Mais pas plus, vraisemblablement.

Quand et comment cette somme hypothétique sera-t-elle réunie ? « Les modalités en seront établies après avis du collège des consulteurs », complète le diocèse, qui précise que cet argent proviendra « non pas de la vente d’un bien immobilier, mais de fonds disponibles ».

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morbihan/bretagne-indemnisation-des-victimes-d-abus-sexuels-le-diocese-de-vannes-prend-son-temps-240582b4-6e2f-11ec-8165-e952f387eb50

Share

La dominicaine Marie Ferréol chassée pour controverse thomiste ?

Saint Thomas d’Aquin, le docteur angélique
Retable de Carlo Crivelli (1494).

“Virée de sa communauté sans explication, mère Marie Ferréol s’est vu notifier par le Vatican son exclusion “pour faute grave” des Dominicaines du Saint-Esprit, d’inspiration intégriste. Pour d’obscures raisons qui, de l’avis de ses supérieurs, n’ont rien à voir avec un problème “sexuel” ou de “mœurs”. Le Monde du 24/06 indique une piste : une religieuse, trés introduite au Vatican, par ailleurs professeure de philosophie, a entretenu “des différends théologiques avec Marie Ferréol sur la lecture de saint Thomas d’Aquin”. Boudiou, c’est violent la théologie ! L’exclue peut s’estimer heureuse : au Moyen Age, elle eût finie sur un bûcher. ” Le Canard enchaîné 30/06/2021

Une histoire, si elle est réelle, pas très… angélique

Share