Eglise Notre-Dame de la Nativité

     

Eglise N-D Nativité

    L’église de la Nativité de Notre-Dame  en l’île d’Arz.

I. Présentation.

  L’armateur ou le promoteur de voyages à thème qui déciderait —mais oui, pourquoi pas ? — d’organiser une croisière “A la découverte des églises des îles du Ponant” devrait se garder de sous-estimer la durée de l’escale à l’île d’Arz, dans le Golfe du Morbihan, car cette dernière étape est l’une des plus passionnantes.

  L’église dédiée à la Nativité de Notre-Dame ( correspondant à la fête religieuse du 8 septembre) est en effet très ancienne (seconde moitié du XIIe siècle), et le carré du transept ainsi qu’une partie de la nef est du plus beau style roman. En 1396, 1412 et 1553, comme l’atteste des dates inscrites sur les sablières, le chœur a été entièrement refait. Au XVIIe siècle, on ajoute une chapelle au transept nord, puis en 1836 on reconstruit la sacristie et une partie de la nef.

  Actuellement, on découvre l’église, lorsqu’on vient du port, par son chevet gothique à trois pignons.

  L’une des surprises est de ne trouver, dans les statues, sculptures, inscriptions, maquettes, et verrières, aucune représentation du thème iconographique de la Nativité de la Vierge-Marie,auquel l’église est dédiée, thème pourtant bien représenté dans les Bibles imagées, Livres d’Heures et surtout dans les Légendes Dorées, où l’on voit sainte Anne, en présence de Joachim, et assister de sages-femmes, donner naissance à Marie.

ile-d-arz 5359x

La nef

ile-d-arz 5370c

II. Les maquettes de procession.

      Il n’y a pas, à proprement parler, d’ex-voto.

1. La “Jeanne d’Arc”.

h = 150 ; la = 180, datant de la 1ère moitié du 19e siècle

  C’est une maquette de procession d’un navire de guerre — une frégate à deux batteries de dix canons de chaque coté  gréé en trois-mâts barque —,  réalisée très soigneusement, et très soigneusement restaurée, d’abord en 1961, puis en 2012 après 500 heures de travail par Jean-Yves Hilliquin d’Arradon. La coque n’est pas pleine, mais monté sur membrures en lattes de bois.

   Son nom est inscrit à tribord et à bâbord avant et à la poupe, en lettres d’or. C’est un nom de dévotion, ne correspondant pas à un navire ayant navigué (? Une frégate de 52 canons a été construite à Brest en 1818, et mis à flot le 25 août 1820, elle est armée l’année suivante, à la station du Levant (elle est alors commandée par Delamare de Lamellerie), avant de devenir bâtiment amiral de la division navale des Antilles. En 1830, elle participe à l’expédition d’Alger, et ramène, après la prise de la ville, le Dey Hussein à Naples (CV Lettré). Rayée des listes de la flotte le 26 octobre 1833, elle est alors réutilisée comme bâtiment de servitude, avant d’être définitivement condamnée en 1834.)

   Un manuscrit plié et ficelé dans un canon de poupe a permis d’apprendre que la maquette a été réalisée par Paul Le Fol, et qu’elle a été exposée dans l’église à partir du 14 mars 1839.

       La coque est noire et blanche, la carène verte ; le pont est marron. Les mantelets des sabords sont rouge. Cinq baleinières sont en place, deux petites de part et d’autre du grand mât, deux plus grandes en arrière au niveau du mât d’artimon, et une grande suspendue derrière le château arrière. Elles sont peintes en blanc.

ile-d-arz 5364c

 2. Goélette aurique  des années 1930.

  On ignore qui fit don de cette maquette, ou de quel voilier il s’agit ; tout-au-plus reconnaît-on le style des yachts de course des années 1900-1930.

La coque peinte en blanc est en bois plein, la quille est lestée de plomb, et le safran est manœuvrable. Onze hublots sont répartis sur le coté, laissant présumer un navire de (très) grande taille.

   Les voiles d’avant sont divisées en foc volant (ou yankee), foc, petit foc et trinquette,. Un flèche est établi au dessus de la misaine.

La quille a une forme échancrée en ouvre-boite bien particulière, et, de même, l’étrave, brusquement tronquée au niveau de l’arc-boutant de beaupré, est caractéristique, ce qui devrait permettre de retrouver ce voilier.

On le comparera, afin d’imaginer ses dimensions et la surface de voilure de ce qui devient parfois une véritable cathédrale de toile, avec les goelettes auriques suivantes :

  • Bluenose, J.W.Rose, 1921, 49mHT, 1036 m² de voilure,
  • Hoshi, Nicholson, 1909, 22m (en restauration au chantier du Guip de Brest actuellement).
  • Eleonora, Herreshof, 1910, 49,40m HT, 1125 m²,
  • Mariette, Herreshof, 1915, 42 m H.T, 750m²,
  • Meteor IV, Max Oertz, 1909, 47,20m H.T, 1390m² !
  • Orion, Nicholson, 1910, 986 m²,
  • Sunshine, William F. Fife II Jr, 1901, 33,40 m H.T, 474 m²,
  • Altaïr, William F. Fife III Jr, 1931, 39,21 m H.T, 634 m²
  • Zaca, G. Rotch, 1930,
  • Puritan, J. Alden, 1930, 36 m HT
  • Lelantina, J. Alden, 1937, 25,56m HT

ile-d-arz 5399c

III. Les statues.

1. N.D d’Espérance.

   Bois, seconde moitié XIXe siècle, h = 1,10m. Avec ses coloris pastels (lie-de-vin délicatement harmonisé au turquoise), son regard mystique, le réalisme de ses formes, la théâtralité de ses gestes, semblables à ceux que les actrices de l’époque (Sarah Bernard) maîtrisaient avec un art stéréotypé, cette statue est caractéristique de la production des ateliers semi-industriels d’Art Religieux comme Cachal-Froc, ou des ateliers plus locaux comme Le Brun à Lorient. C’est Notre-Dame de l’Espérance, dont l’ancre symbolise la vertu chrétienne de l’espérance en une vie meilleure, mais où les femmes de marins (l’île d’Ars surnommée l’île aux Capitaines, fournissait à la marine marchande une part de ses marins) pouvait trouver, dans une belle image nautique, espoir dans le retour de leurs maris. La plus grosse ancre d’un navire, celle qui n’est souvent pas à poste mais qu’on réserve aux situations désespérées, s’appelle “l’ancre de miséricorde”, et sert de dernière chance, tout comme la promesse d’un ex-voto à l’église de la paroisse, en cas de perdition. C’est dire combien le lexique nautique et le vocabulaire religieux nouent des liens  aussi étroits  que ceux qui relient le destin d’un équipage et l’histoire d’une âme.

                 ile-d-arz 5372c

2. Sacré-Cœur de Marie.  

Le culte du Sacré-Cœur s’est développé, après les révélations reçues par Sainte Marguerite-Marie Alacoque en 1675, à propos du Cœur du Christ, et son image montrant son cœur, comme on le voit ici dans le réseau de la maîtresse-vitre, est plus courante que celle-ci, qui montre la Vierge désignant, de la main gauche, l’irradiation chaleureuse de son amour. On pense d’abord à la Congrégation des Religieuses du Sacré-Cœur de Marie, qui a formé dans ses écoles “du Sacré-Cœur” tant de filles aux vertus chrétiennes.

  Ce culte du Sacré-Cœur de Marie a suivi les révélations faites en 1646 à Marie des Vallées, née à Coutance. Il fut encore encouragé par les apparitions de la Vierge aux enfants de Fatima en 1917, recommandant la dévotion au “Cœur immaculé de Marie”.

  Le catalogue Cachal-Froc 1895 propose plusieurs modèles de “Sacré-Cœur de Marie”.

ile-d-arz 5414c 

IV. Les vitraux

Ornant les ouvertures du chevet, ils sont l’œuvre d’ateliers différents.

1. Baies 0, 1, 2 : Vitrail d’E. Laumonnier.

a) Baie 0 : Vierge de l’Immaculée-Conception secourant un navire en perdition.

La Baie 0 est à trois lancettes avec réseaux. Son vitrail porte la signature E. Laumonnier, Vannes, 1903.

Il s’agit d’Ernest-Victor Laumonnier, (1851 à Parthenay-1920) actif de 1881 à 1914 à Vannes.

Inscription à l’Inventaire régional 

Le vitrail représente la Vierge de l’Immaculée-Conception (Vierge à l’Enfant couronnée, portant le sceptre-lys,  les pieds posés sur le globe, foulant le serpent, au centre du croissant de l’apocalypse). Elle apparaît, dans les nuées, entourée de quatre anges et de six chérubins, à un matelot de la Marine qui lui offre en ex-voto une maquette de trois-mâts carré ; une femme en costume breton présente son enfant à la Vierge. Au centre, la scène de naufrage qui motive cetex-voto montre un trois-mâts carré identique au modèle réduit, en perdition par gros temps, mais qui a conservé toute sa voilure, y compris. Il est au portant, mais la houle vient de travers.

  Dans le réseau, le Christ du Sacré-Cœur est au sommet, et des anges présentent la fameuse inscription “Voilà ce cœur qui a tant aimé les hommes.”

ile-d-arz 5392c

ile-d-arz 5394c

Les verrières 1 et 2, non photographiées, sont consacrées aux quatre saints évangélistes.

      2. Chapelle latérale : Sainte-Thérèse-de-Lisieux

  Sainte Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, parvenue au Ciel,  reçoit des roses des mains de la Vierge et de l’Enfant-Jésus et les répand sur l’humanité, en l’occurrence sur la Place Saint-Pierre de Rome représentée dans la partie inférieure.

             ile-d-arz 5395c

3) Étoile de la mer, Priez pour nous.

Vitrail signé de “H. Uzureau Maître-verrier” Nantes, 1944.

Henri Uzureau appartient à la “Maison Uzureau” déjà active depuis 1883 (Vitrail d’Art, 3 rue d’Erlon, Nantes) :

copyrignt illustration

IMG_8038

Le vitrail représente Maris Stella ,l’Étoile de la mer, une invocation quasi constante dans toutes les églises et chapelles des îles du Ponant. La corde que tient la Vierge est celle de l’ancre de l’Espérance. Saint Donatien et Saint Rogatien sont deux jeunes martyrs de Nantes sous Dioclétien : ils tiennent donc, ici, la palme du martyre, et se placent sous la protection mariale. Le lien avec la ville de Nantes est donc clair, et dans le contexte, évoqué par les dates inscrites, de la seconde Guerre Mondiale, c’est une allégorie de Nantes se plaçant sous la protection de Marie.

“3 juillet 1940” : sur le plan historique, c’est la date de Mers-el-Kébir (la flotte anglaise coule une escadre française).

ile-d-arz 5402c

4) Vitrail de L. Léglise.

Il est signé L. Léglise Paris 1935. J’ai découvert les vitraux de Gabriel Léglise (peintre-verrier à Paris) à Kerlaz (29), mais cet atelier a été actif dans les années 1915-1918. Il existe aussi un A. LEGLISE, peintre verrier, boulevard Roquelaure, à Auch, (père du précédent ?)

  Le vitrail représente, dans sa partie supérieure, Sainte Anne éducatrice, c’est-à-dire apprenant à lire à Marie. Dans la partie inférieure, deux jeunes dont l’un, les mains jointes, prient face à une statue de Sainte-Anne éducatrice, tandis que l’autre peut-être, creuse avec une pelle et découvre cette statue : est-ce une allusion à Nicolasic et la statue de Sainte-Anne d’Auray ?

                ile-d-arz 5404c

V. Autres éléments remarquables : 

1. Les chapiteaux romans : 

  Le massif carré du transept aux arcatures en cintre brisé repose sur des piles d’angle à colonnes engagées. Ses chapiteaux tous différents sont sculptés de motifs végétaux associés à des figures mi-animales, mi-humaines où on hésite à reconnaître des béliers ou des ovins. Leurs cornes très visibles en font des représentations diaboliques de la partie pécamineuse de l’être humain.

ile-d-arz 5380c

ile-d-arz 5381c

ile-d-arz 5382c

ile-d-arz 5385c

2. Les sablières et la charpente :

ile-d-arz 5410c

 De 1396 à 1412, la charpente de la nef fut entièrement refaite par Jehan Pierre, charpentier de l’Ile d’Arz : “L’an mil IIIcc IIIIxx XVI fut ceste yglise par Johan Pierrs, charpent. d’Art, lan mil CCCC et XII Iohan piers charpenter, fut ceste yglèse clocsée“.

En 1553, on refit la charpente du choeur : l’unscription indique  L. M. Vcc L. III. le VIe jour de apvril fu commence le bouais de ce (coeur) d’Ars, miseur P. de Venetis. (on peut peut-être lire aussi ” L.M. Vcc L. III le Ve iour de Aprpril fu co(m)mecé le bouah ce ce (cœur) d’ars IIII ps de Vontis”): illustrations ci-dessous :

ile-d-arz 5388c

ile-d-arz 5390c

3. “Descente de  Croix”.

   Huile, h = 3,50m, l = 2,10m . Inscrite MH 01/02/1983. C’est un tableau de Jean-Vincent L’hermitais (1700-1758), peintre de Vannes . Cette toile destinée initialement au maître-autel date de 1754, elle est selon le site de la mairie la copie inversée d’une toile de 1679 de Charles le Brunexposée au Musée des Beaux-Arts de Rennes, et selon l’Inventaire régional, la copie inversée d’une toile de Rubens.

ile-d-arz 5415c

Source :

Site Infobretagne 

Site Topic-topos.

Blog de Jean-Yves Cordier

Eglise 1Dédiée à la Nativité de Notre-Dame, l’église de l’Île d’Arz remonte à l’époque romaine pour ses parties les plus anciennes « carré du transept et une partie de la nef » mais a connu de multiples restaurations et agrandissements.

Eglise 2

Des inscriptions sur les sablières de la nef et du chœur indiquent les dates de couvrement : 1396, 1412 et 1553, date à laquelle le chœur est entièrement refait.

Cette construction est aujourd’hui caractérisée par un chevet à trois pignons d’esprit gothique, ses moulures, ses gargouilles, ses pinacles et ses crochets. Une chapelle est ajoutée au transept nord au XVIIesiècle, la sacristie et le bas de la nef sont reconstruits en 1836-1840. L’église a été depuis plusieurs fois restaurée, notamment son clocher, abattu par une violente tempête en 1900.

source :  http://fr.topic-topos.com/eglise-de-la-nativite-ile-d-arz

*

Présentation du site de la Mairie

Dans ce dernier au centre de l’île,l’église Notre-Dame de la Nativité remonte à l’époque romane pour la nef, les bras du transept et la tour, dont le clocher a été restauré, après une violente tempête en 1900.

En 1553 la couverture est refaite, de même que le choeur et le chevet.Ce dernier est typiquement de style gothique avec ses trois pignons,ses moulures, ses gargouilles, ses pinacles.

EgliseAu 17ème siècle, une chapelle est ajoutée au transept nord.L’intérieur de l’église est assez austère. Les chapiteaux du 12e siècle sont sculptés de motifs végétaux, d’animaux tels que deux béliers,ou encore de personnages fantastiques, mi-humain mi-animaux. Les vitraux représentent notamment des scènes de prières de femmes attendant le retour de leur mari marin ou le don d’ex-voto à Notre-Dame de l’Espérance.

TableauLa Déposition de la Croix est un grand tableau de 1754 de Jean Vincent LHERMITTAIS copie en contrepartie d’un tableau de Charles LE BRUN exposé à RENNES.

L’église est ceinte du cimetière, dont un mur est accolé au prieuré, qui a été reconstruit au 17e siècle.Le corps de logis avec ses deux gros pavillons symétriques possède des lucarnes à fronton triangulaire ou curviligne,ainsi qu’un escalier à double volée donnant sur la cour.Il abrite aujourd’hui la mairie et l’école publique.

Mairie de l’île d’Arz

*

Télécharger (PDF, 308KB)

*

Monographie de monsieur Kuhn de Chizelle

Télécharger (PDF, 1.53MB)

La Vitrine de l’île d’Arz

*

à consulter également

Biographie de Jean Vincent Lhermittais

Tableau à l’inventaire général

Vue générale

Chevet de l’église

Revue de presse

L’église Notre-Dame de la Nativité en quelques cartes postales

Jean-Vincent Lhermitais, peintre de La descente de croix de l’église ND de la Nativité

Share

Culture, Loisirs, Artisanat, Commerce & Services, Hébergement, Marina